Accueil / Votre attention SVP! / 2 ans et 5300 KM plus loin…
new kiteni 2 an

2 ans et 5300 KM plus loin…

Il arrive un âge où le temps devient plus important que l’argent. Ce constat, je l’ai fait en 2014. Un an plus tard, je liquidais mes affaires pour prendre le temps de vivre. Moi qui n’ai jamais aimé la précipitation, j’ai très vite choisi l’option de voyager à pied, ou plus exactement sans pétrole. C’est un choix qui demande de fournir un effort pour se déplacer. Mais le prix à payer me paraît très équitable, et bénéfique aussi. Voyager lentement permet de vivre entièrement l’instant présent. Il n’y a pas une action, un bruit, une odeur qui échappe à mon attention. Je fais corps avec mon environnement et cette proximité m’apporte une quantité appréciable de petites expériences nouvelles. Je m’arrête quand je veux pour observer, discuter parfois ou encore me reposer. Seule la position du soleil dans le ciel me rappelle le temps qui passe.

Ma vie a considérablement changée depuis mon départ de Bruxelles. Le temps s’écoule toujours aussi vite, mais la somme de souvenirs accumulés lui donne une densité exceptionnelle. Il n’est pas un jour sans une découverte ou une rencontre qui s’ajoutent aux précédentes. Ce long chapelet de nouveautés est un moteur pour le marcheur que je suis. Chaque matin, je me demande de quoi sera fait ma journée. Et cette inconnue ne m’inquiète pas le moindre du monde, que du contraire! La routine n’a jamais été ma tasse de thé. J’ai toujours été créatif car le changement me convient mieux que le conservatisme.

Ai-je changé? C’est une question pour un champion… Deux ans, c’est beaucoup et peu à la fois dans la vie d’un homme. Mon itinéraire m’a mené à travers le sud de l’Europe. Mes deux premières années, je les ai vécues en terrain connu. Le dépaysement a été lent et progressif, mais jamais très éloigné de mon vécu passé. C’est la raison pour laquelle je peux affirmer que je suis très proche du gars qui a fait ses premiers pas un 4 avril 2015. Ceci dit, mon objectif n’est pas de changer mais bien d’apprendre. Et même si je suis conscient que je ne sortirai pas indemne d’une expérience pareille, je laisse le temps au temps pour me confectionner un nouveau profil.

Demain, je marcherai encore et encore, jusqu’à l’acquisition de mon vélo de randonnée. Ce dernier me permettra de voyager dans de meilleurs conditions sur les autres continents. Je devrai aussi trouver le voilier qui me mènera aux Amériques. Un chemin encore long et probablement plein de bonnes surprises à l’image de ce que j’ai vécu jusqu’ici. J’ai tout mon temps et cette richesse ouvre bien des portes derrière lesquelles, il y a chaque fois une histoire à vivre, à partager.

Je remercie tous ceux et celles qui m’ont aidé ou soutenu dans cette entreprise de développement personnel.

Si tu veux soutenir mon projet, tu peux m’aider de différentes manières:

bannière (1)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*